Sommeil et dépression

Sommeil et dépression


Sommeil et dépression sont étroitement liés. Manquer de sommeil, mal dormir, faire des insomnies à répétition peut entraîner à la longue un état dépressif. A l’inverse, être déprimé, anxieux et stressé sont des attitudes qui peuvent avoir des répercussions sur votre sommeil, ainsi que sur la qualité de celui-ci.
Il est alors indispensable de bien identifier la raison première de ces troubles, afin de pouvoir vous soigner à l’aide de remèdes et de techniques adaptés à l’origine du problème.

Nous vous aidons dans ces quelques lignes à comprendre la relation qui existe entre sommeil et dépression, pour vous permettre d’identifier peut-être la source première de vos troubles et afin de réussir à mettre en place des solutions adéquates. Attention, certaines formes de dépressions ou des troubles de sommeil à répétition ne sont pas à prendre à la légère et nécessitent un avis médical. Néanmoins il existe quelques techniques et solutions que vous pouvez tester chez vous pour retrouver un état d’esprit apaisé avant d’aller vous coucher pour profiter d’une nuit de sommeil réparatrice. 



Au sommaire

1/ Un sommeil qui se dégrade est-il synonyme d’une dépression ? 

2/ Plusieurs formes de dépressions

3/ Essayer de prévenir plutôt que de guérir

4/ Identifier la source du problème pour des solutions adaptées

5/ Sommeil et dépression : un cercle qui peut être vicieux



Un sommeil qui se dégrade est-il synonyme d’une dépression ?


Le lien entre la santé mentale et ses conséquences physiques est évidemment sous jacent. Les troubles du sommeil sont souvent liés à d’autres troubles psychologiques tels qu’un fort sentiment de fatigue, de déprime, voire de dépression.


Lorsque l’on dort mal il faut souvent en rechercher l’explication dans les moments vécus au quotidien, afin de comprendre pourquoi nous pouvons rencontrer de telles difficultés. Après une journée difficile, un événement stressant, lors d’un épisode traumatisant, ou même la veille d’un rendez-vous important ou d’un examen, notre tête cogite. Il est alors très difficile de trouver le sommeil. Les insomnies sont donc souvent liées à un état général anxieux. Il est important de pouvoir se détacher des idées noires, pessimistes, angoissantes ou stressantes avant de poser sa tête sur l’oreiller. 



Lorsque nous sommes en proie à des troubles du sommeil, il est donc possible que le diagnostic d’une dépression soit posé, mais pas nécessairement. En effet, un état de déprime peut aussi entraîner une mauvaise qualité des nuits. On a beau dormir profondément, les nuits ne sont pourtant pas réparatrices puisqu’on se réveille plus fatigué que la veille. L’insomnie, cette difficulté à trouver le sommeil, n’est pas le seul trouble susceptible de vous mettre la puce à l’oreille. Les troubles du sommeil peuvent aussi se manifester par des réveils précoces, bien avant l’heure habituelle de réveil, sans même avoir été perturbé par un bruit ou une gêne extérieure. En outre, certaines personnes peuvent faire de l’hypersomnie. A l’inverse de l’insomnie, cette pathologie se résume à dormir plus qu’à son habitude. Ce trouble n’est pas sans conséquence, car trop dormir entraîne aussi une sensation d’abrutissement et d'insatisfaction. 



Plusieurs formes de dépressions

Il existe différentes formes de dépression d’incidence inégale :

  • la dépression autonome : qui apparaît sans raison particulière, comme un simple coup de blues, un trop plein de lassitude qui se déclenche sur un incident insignifiant, la goutte d’eau qui s'ajoute à un vase trop plein ;

  • la dépression endogène : qui survient suite à des facteurs biologiques, sans facteur psychologique déclencheur ; 

  • la dépression névrotique ou psychotique : la première est plus atténuée que la seconde. Les deux se traduisent par une altération du contact avec la réalité, provoquant des idées farfelues ;

  • la dépression réactionnelle : qui est la résultante d’un événement extérieur ;

  • la dépression psychogène : qui est une conséquence d’aspects psychologiques personnels.



Toutes ont en commun le fait de perturber le fonctionnement quotidien des personnes, notamment la difficulté de trouver le sommeil. Il en résulte un cercle vicieux qui s’enchaîne et qui participe à l’aggravation des choses. A l’inverse, les difficultés peuvent également être créées par le manque de sommeil. Un corps fatigué conduit immanquablement à un esprit fatigué, qui n’arrive pas à se concentrer et qui de fait, se met à réfléchir de manière erratique.



Essayer de prévenir plutôt que de guérir


La dépression saisonnière

Forme de dépression courante, la dépression peut également être saisonnière, sous une forme bénigne. De nombreuses personnes ressentent en effet, un état de déprime à l’approche de l’hiver, cet état pouvant se prolonger jusqu’au printemps. Cette forme de dépression touche en moyenne une personne sur cinq et il est facile de la prévenir, sachant son calendrier. En général, les symptômes de la dépression saisonnière apparaissent lorsque les températures baissent, que les jours raccourcissent et que les vacances estivales se transforment en un vieux souvenir.
Mais au fait de ces troubles, en gardant à l’esprit que cela risque de revenir il est possible de prévenir les choses plus facilement. La dépression saisonnière se traite par exemple parfaitement en faisant une cure de luminothérapie. En exposant votre visage et votre corps à une lumière artificielle qui renvoie les bienfaits des rayons du soleil, vous pourrez chasser les effets de la déprime de façon naturelle et sans danger pour votre santé. 


L'hygiène de vie

Il existe également d’autres moyens de prévenir un état de déprime ou de faire face à des difficultés à vous endormir. Nous le savons, pour que le sommeil soit réparateur, il est indispensable d’avoir une bonne hygiène de vie : cela se résume par ne pas manger trop lourdement avant de se coucher, ne pas boire de café, ni de thé, ni d’alcool, ni toute autre boisson excitante. Il est aussi indispensable de pouvoir réaliser une véritable coupure avec tous les événements qui se sont déroulés dans la journée, surtout les moins agréables, chasser les traces d’anxiété de son esprit, mettre ses pensées sur pause, pour favoriser un état serein, calme et apaisé plus enclin à passer une bonne nuit. 



Identifier la source du problème

La dépression peut donc entraîner des insomnies, mais à l’inverse, un manque de sommeil pourrait lui aussi risquer de vous conduire à un état de déprime. 


Il est donc important de bien identifier l’origine de ses troubles pour pouvoir correctement adopter les solutions propices à son état. Prendre des somnifères pourra vous aider à bien dormir, mais ne chassera pas pour autant votre déprime. Cela consiste à solutionner l’effet, mais non la cause. Ainsi, vous devez vous intéresser aux troubles physiques que vous ressentez, identifier les potentiels comportements non favorables à un bon sommeil (comme l’hygiène de vie) et à votre psychisme, réussir à reconnaître un état de stress, de trouble, d’anxiété. 

 


Les solutions possibles


Pour faire face à l’insomnie comme à la déprime, il existe des médicaments tels que les antidépresseurs et les somnifères qui peuvent aider rapidement à vaincre vos soucis. Ils aident à retrouver un bon équilibre et un fonctionnement classique de votre rythme de sommeil en à peine quelques semaines. Mais attention, ces médicaments ne sont pas à prendre à la légère bien au contraire. En user risquerait de vous rendre dépendant et un arrêt brutal pourrait vous faire plonger à nouveau, dans un état peut-être encore pire qu’avant.



Il existe d’autres remèdes, techniques, attitudes qui permettent de lutter contre un état dépressif, ou faire face à des troubles du sommeil. La méditation en est une : cela permet d’avoir un état d’esprit positif, de chasser l’anxiété avant de se coucher. Adopter un régime alimentaire spécifique au moment du dîner, tester l’aromathérapie, la sophrologie,.. Nombreuses sont les solutions qui permettent naturellement, sans substitut chimique, de détendre corps et esprit. Vous pouvez les découvrir dans la rubrique conseils de notre site. 




Sommeil et dépression : un cercle qui peut être vicieux


En résumé, le lien entre dépression et troubles du sommeil peut être vicieux, une cause pouvant en entraîner une autre. Il est donc nécessaire de faire appel à des professionnels de la santé pour vous aider à identifier la cause de votre problème et ainsi mettre en application les solutions adaptées. 


Et avant d’avoir recours à des somnifères ou des antidépresseurs, pensez aussi à changer votre literie, découvrez notre gamme d’oreillers qui s’adapte à vos besoins, adaptez votre hygiène alimentaire et les activités que vous faites avant de vous coucher, pratiquez la méditation pour vous détendre, chassez les idées nuisibles et aménagez votre espace nuit pour qu’il soit propice à l’apaisement et à la détente. 


Partager l'article

Commenter l'article

Nom *
E-mail *
Commentaire *
Clé de sécurité (captcha) *

5 produits sur ce thème

à partir de 29,99 €